Qui étaient les « pauvres », les « gueux », les « mendiants » et les « vagabonds » dans l’Europe préindustrielle ? Comment (sur)vivaient-ils/elles ? Et comment les sociétés d’Ancien Régime ont-elles cherché à assister, contrôler voire réprimer les nécessiteux ? Faire une histoire de la pauvreté dans l’Europe moderne appelle à un second terme : celui de la séparation, plus simplement de l’exclusion.

Le choix de cette thématique permet de mener une enquête d’histoire tout à la fois sociale et culturelle. Les pauvres n’ont bien souvent pas laissé de traces par eux-mêmes ; aussi doit-on aborder l’histoire de ces anonymes de l’extérieur, au prisme du regard et des représentations sociales de l’époque. Le but du cours est ainsi de comprendre aussi bien les mécanismes de l’appauvrissement que les logiques de l’exclusion, de faire une « histoire par le bas » (history from below) des sociétés d’Ancien Régime, de les aborder par leurs marges.

Ce cours a pour objectif d'initier les étudiants à l'analyse des médias (et de leurs productions) dans leur rapport avec la culture et la société, en s’attachant particulièrement aux domaines de l’image et de l’audiovisuel.

Le cours d'histoire contemporaine du semestre 1 intitulé La France d'une guerre à l'autre: Opinion, Culture et Politique (1914-1939) explore l'histoire de la France dans l'entre-deux guerres.

Jean-Charles Meunier